Baron noir - saison 3 [décryptage]

2/1/2021


Début 2020, Baron Noir revenait sur Canal+ pour une troisième saison. La série politique de la chaîne à péage rencontrant un grand succès, cette nouvelle saison était attendue avec impatience. Personnellement, après deux saisons certes qualitatives mais plombées par des défauts qui prenaient trop de place, je n’attendais pas grand chose de ce nouveau chapitre. La — bonne — surprise n’en a été que plus grande.

baron_noir_saison_3


DE QUOI ÇA PARLE ?

Philippe Rickwaert (Kad Mérad) se décide à sortir de l'ombre et alors que sa peine d'inéligibilité s'achève, il vise la prochaine élection présidentielle. En comprenant qu'il ne pourra pas se faire élire tant que son image est associée au PS, il se résout à rejoindre le mouvement de Michel Vidal (François Morel) et déboulonner son chef de l'intérieur en jouant sur son ego pour le pousser à l'erreur. Amélie Dorendeu (Anna Mouglalis), dont le bilan à mi-mandat est mitigé, lance ses dernières réformes tout en surveillant les manœuvres de Lionel Chalon (Patrick Mille) et en observant l'ascension de l'ancien Baron noir – Wikipédia.

baron_noir_saison_3


KAD AU TOP

Kad Mérad a depuis longtemps démontré que son talent ne s’arrêtait pas à la comédie et à Manitas de la Bitas ou à Jean-Michel Amoitié. Il le prouve une fois de plus dans cette troisième saison de Baron Noir où il excelle dans le rôle de Philippe Rickwaert, ce politicien retors près à toutes les intrigues pour parvenir à ses fins — en l’occurrence, ici, parvenir à la présidence de la république.

baron_noir_saison_3


FICTION RÉALISTE

Une fois de plus, l’une des grandes forces de cette nouvelle saison est le réalisme de Baron Noir qui dépeint le monde politique en basant son scénario sur la situation réelle de notre pays. Et, comme pour les précédentes saisons, ce réalisme est servi par un casting exceptionnel de justesse.

Mais là où cette saison devance les précédentes, c’est dans le fait que les scénaristes et les réalisateurs ont expurgé la série de ses deux principaux défauts. Fini les dialogues vulgaires à outrance qui n’apportaient aucune plus-value à la série et les perpétuels mouvements de caméra qui donnaient la nausée. Tout ceci est dorénavant utilisé avec parcimonie et Baron Noir gagne au passage de l’intérêt. On peut même dire que la série se transforme à l’occasion en série très très addictive.

baron_noir_saison_3

EN RÉSUMÉ

Expurgée des principaux défauts des deux premières, cette troisième saison de Baron Noir casse la baraque.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

baron_noir_saison_2
baron_noir_saison_1
the_loudest_voice