Dostoïevski - Crime et châtiment [critique]

10/4/2018

Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski est l’un des écrivains russes du XIXe siècle les plus célèbres. Mettant souvent la question du libre arbitre et de l’existence de Dieu au cœur de sa réflexion, son abondante œuvre témoigne de ses nombreuses interrogations métaphysiques. Dans Crime et châtiment, un roman majeur de la littérature russe qui se doit d’être lu, c’est la douleur psychologique qui poursuit le personnage principal suite à son forfait qui constitue la métaphysique du récit.


Saint-Pétersbourg, 1865. Raskolnikov, jeune homme sombre et altier, renfermé mais généreux, a interrompu ses études faute d’argent pour les financer. Croulant sous les dettes, il se sent écrasé par sa pauvreté ; cette indigence va le pousser à commettre un crime crapuleux. Dès lors, l’assassin va naviguer entre interrogation sur sa culpabilité et rédemption : de la justification de son crime jusqu’au questionnement du châtiment qu’il mériterait pour avoir commis ce dernier, le jeune homme va osciller entre divers états d’âme.


ETUDE DE MŒURS ET PLUS SI AFFINITÉS

Crime et châtiment paraît à un moment où la société russe est en ébullition. Le pays sort d’une longue période de relatif immobilisme, lié à la pesanteur d’un système politique autoritaire et répressif ; dans tout le pays fusent des « idées nouvelles » nihilistes. Dostoïevski, dans un souci de réalisme et d’ancrage dans l’actualité de son époque, a pris le parti d’émailler son roman de ces idées, faisant de Crime et châtiment une étude de mœurs, même s’il serait réducteur de cantonner l’ouvrage à ce seul substantif. En effet, le roman peut également être lu comme une diatribe, certains radicaux y étant tournés en ridicule, ou encore comme une tragédie, du fait du fatum dramatique de Raskolnikov.


LES AFFRES DE LA CULPABILITÉ 

Le crime du titre ayant lieu très tôt dans le récit, Dostoïevski se concentre surtout sur l’ « après ». Crime et châtiment se trouve donc être une plongée au cœur de l’angoisse dévorante, une immersion au tréfonds des affres de la culpabilité qui ronge Raskolnikov. Tous les symptômes et les manifestations de ces sentiments sont décrits avec virtuosité par le romancier russe qui instille terreur et anxiété chez le lecteur.

Autour de Raskolnikov, Dostoïevshi dresse une galerie de personnages hauts en couleurs, de la prostituée affable au procureur fourbe et sournois, en passant par le fiancé cauteleux. Tous ces personnages livrent leurs sentiments sur le comportement de Raskolnikov et tentent d’expliquer son attitude erratique.

Crime et châtiment est un roman polyphonique et psychologique anxiogène qui est à la hauteur de sa réputation. Un livre à lire absolument !



A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

Crime et châtiment
Fédor Dostoïevski
Crime et châtiment
Plon - 1884
667 pages

Fédor Dostoïevski
Fédor Dostoïevski
Fédor Dostoïevski