Hoshi - Sommeil levant - chronique

17/6/2020

Surfant sur la certification disque de platine (plus de 100 000 exemplaires écoulés en cumulant les ventes physiques et les streams) de son hypnotisant premier album, Hoshi déboule dans les bacs en ce mois de juin pour tenter de confirmer ce succès inattendu. Sommeil levant a donc la lourde tâche de ne pas décevoir les nombreux fans de la chanteuse, ce qui n'est jamais une mince affaire lorsqu'un premier album a été une réussite totale. Demandez donc à Louise Attaque ou à Matmatah ce qu'ils en pensent ! Je parle évidemment de succès critique, les ventes d'un second album étant évidemment boostées par le succès rencontré par le premier. Mais combien de personnes ayant acheté le second album de ces deux groupes aiment vraiment le disque et combien ont été déçues ? Ceci étant dit je m'égare et parle d'un phénomène qui n'existe plus à notre époque, puisque, de nos jours, nous pouvons écouter un album à loisir avant de se décider à l'acheter ou pas... Et oui, je suis un vieux con qui a connu l'industrie musicale avant l'avènement d'internet ! Bref, si Sommeil levant est loin d'être une déception, on ne peut malgré tout pas parler non plus de confirmation. Explications de texte.



TEXTES + / MUSIQUE -

Je ne vais pas tourner autour du pot : musicalement, Sommeil levant m'a beaucoup moins emballé que son prédécesseur. La faute à un versant électro peu inspiré. Et ce n'est pas tant l'électro qui me dérange (je surkiffe le dernier album d'Izïa) que le manque d'audace de cette musique qui ne sait pas quoi choisir entre le rock et l'électro (exactement comme le troisième album d'Izïa!). Ceci étant dit, cela n'empêche pas certains morceaux de prendre aux tripes (Amour censure, Larmes de croco), mais d'avantage grâce aux mélodies et aux textes.

Et en parlant des textes, justement, l'évolution est pour le coup notable. Fini les textes sans réelle âme, place aux jeux de mots accrocheurs au service de messages forts. Hoshi semble avoir passé plus de temps à coucher ses pensées sur le papier et sa plume est beaucoup plus inspirée qu'auparavant.

En définitive, le rapport qualitatif musique/texte s'est inversé depuis Il suffit d'y croire, et comme pour moi il vaut mieux un texte faible sur une musique forte que le contraire, et bien je place Sommeil levant un cran en-dessous de son prédécesseur.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

 
citadelle
monolithe
il_suffit_d_y_croire
sommeil_levant
Hoshi
Sommeil levant
Jo & Co - 5/6/2020
46 minutes
Chanson française

TRACKLIST

1. Sommeil levant
2. Marche ou rêve
3. Amour censure
4. Bouche de métro
5. SQY
6. Migracoeur 
7. Larmes de croco
8. Ita vita
9. Coule mascara
10. Enfants du danger
11. Bluff
12. Fais-moi signe
13. La plus belle partie de moi
14. Médicament

À Propos de l'artiste

Hoshi, de son vrai prénom Mathilde, a grandi à Saint-Quentin-en-Yvelines. C’est pendant son enfance qu’elle découvre la musique et les textes de Jacques Brel, chez ses grands-parents. C’est ce qui la pousse à vouloir prendre des cours de piano pendant près de huit ans et ce, même si elle est privée de près de 40% de son audition à cause d’otites à répétition.

A l’âge de 14 ans, Mathilde a sa révélation. Enfant timide, elle se révèle sur scène à l’occasion d’une prestation à l’école où elle interprète Zombie de Cranberries. Elle n’hésite pas se produire avec sa guitare, alors qu’elle a commencé à en jouer deux jours auparavant.

C’est également cette année-là qu’elle se choisit le nom de scène de Hoshi, qui veut dire étoile en japonais.

hoshi