Lidia Yuknavitch - Dora la dingue [critique]

17/8/2018

Peu connue en France, Lidia Yuknavtich peut compter sur les éditions Denoël pour que les lecteurs français puissent disposer de ses romans. Proche de Chuck Palahniuk, aussi bien dans la vie que dans le style, l'auteure américaine propose dans Dora la dingue une lecture singulière du fameux cas « Dora » étudié par Sigmund Freud. Si la Dora de Freud était aphone, Lidia Yuknavitch a déclaré avoir voulu, dans son roman, rendre sa voix au personnage pour qu'elle puisse répondre au célèbre psychanalyste autrichien. Le résultat est décapant et la filiation avec Chuck Palahniuk, une évidence.


Dora, dix-sept ans, est une adolescente rebelle. Allergique au moindre geste d'affection, elle ne jure que par sa drôle de bande. La relation avec ses parents étant compliquée, ces derniers l'envoient consulter. La guerre est déclarée. Dora entend bien contrer le moralisme adulte et affirmer sa différence, le tout dans un joyeux fracas.

J'EXPÉDIE DONC JE SUIS

Hymne déjanté à l'adolescence, Lidia Yuknavitch ne cache pas sa nostalgie pour cette période si particulière de nos existences puisqu'elle écrit en exergue de Dora la dingue : « Ce livre s'adresse à tout ado qu'un jour on a traité comme s'il allait mal, alors qu'en réalité il nous ouvre grand sa porte. Je l'ai écrit pour toi. Et oui, tu as bien raison : le monde adulte EST un film de Fellini. »

Dans un style hilarant, direct et rempli de bons mots, l'auteure américaine déroule un récit trash où l'adolescence est présentée comme la période phare de la vie, reléguant les adultes dans un purgatoire où ils sont amenés à revivre les mêmes choses à l'infini, avec des personnes différentes à chaque fois. À ce titre, un passage du roman est particulièrement parlant et résume à merveille cet esprit :

Parfois toute la vie se passe dans ces années-là et le reste de la vie, c'est simplement la même histoire qui se rejoue avec d'autres personnages. Je pourrais mourir demain et avoir vécu les principaux hauts et bas de la vie. Chagrin. Deuil. Amour. Et ce que vous désignez tous si naïvement comme la sagesse. J'aimerais bien savoir la différence entre la sagesse de l'adulte et la sagesse du jeune adulte. Vous avez la capacité de vous retourner sur votre passé et de l'interpréter. J'ai la capacité de regarder mon présent et de le vivre avec tout mon corps. Vous voulez savoir ce qu'on a en commun ? Des rêves morts. Croyez-moi, aucun adulte n'aime en parler. 


Dora la dingue est donc un roman qui ravira tout les adultes qui n'ont pas oublié ce qu'est l'adolescence, tous les adultes qui ne sont pas devenus des êtres condescendants avec les adolescents, persuadés de détenir la vérité alors que la vérité n'est pas unique, mais propre à chacun.



A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

Dora la dingue
Lidia Yuknavitch
Dora la dingue
Denoël – 10/10/2013
288 pages

À Propos de l'auteur

Lidia Yuknavitch, qui n'a plus dix-sept ans depuis quelques décennies, vit à Portland, Oregon, où elle enseigne la littérature, le cinéma et le féminisme.

Son œuvre, et en particulier La Mécanique des fluides, s'inspire grandement de sa vie : fuyant une mère infirme et alcoolique, un père violent abusant sexuellement d'elle, et une sœur qui n'attend qu'une chose, fuir au plus vite une ambiance familiale détestable. 

Elle plonge dans la natation et est , très tôt, futur espoir national, prenant ce sport comme son sas de sécurité intérieure.

Elle s'adonne à divers types d'expériences (sexuelles, toxicomanes, littéraires, matrimoniales, etc.), elle déroule les drames de sa vie comme ses réussites.

Lidia Yuknavitch