Losing Alice – minisérie [décryptage]

1/3/2021


Coproduite par Apple TV+ et Hot 3, une chaîne de télévision israélienne, Losing Alice est un nouvel exemple du savoir-faire de l’État d’Israël en matière de série télé. En effet, la minisérie s’avère être un redoutable thriller psychologique où la tension ne retombe jamais et cloue littéralement le téléspectateur au fond de son fauteuil.

losing_alice


DE QUOI ÇA PARLE ?

Alice (Ayelet Zurer), une réalisatrice de 48 ans reconnue, est en perte de vitesse depuis qu'elle a fondé une famille. Cependant, sa rencontre avec Sophie (Lihi Kornowski), une scénariste de vingt ans sa cadette, va la conduire à revenir sur le devant de la scène, et ce quoi qu’il lui en coûte.

losing_alice


THRILLER HYPNOTIQUE 

Créé, écrite et réalisée par Sigal Avin, Losing Alice est tout à la fois un thriller hypnotique et un conte sensuel. La cinéaste israélienne performe dans le portrait qu’elle dresse d’une femme perdue prête à tout pour revenir au sommet, quitte à perdre tout ce qu’elle a. Tout le monde s’accorde à dire que l’ombre de David Lynch plane sur la minisérie et il est vrai que la spirale infernale dans laquelle s’enferme Alice rappelle l’Œuvre du réalisateur de Mulholland Drive.

losing_alice


CONTE SENSUEL

Et si un ou deux épisodes s’étirent quelque peu inutilement, l’ensemble est malgré tout diablement envoûtant, hypnotique et terriblement sensuel. Les trois acteurs principaux sont électriques et rivalisent de justesse, donnant à Losing Alice ses lettres de noblesse.

losing_alice

EN RÉSUMÉ

Minisérie remplie de tension, Losing Alice tient le téléspectateur en haleine de bout en bout.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

mon_amie_adele
your_honor
tribes_of_europa