Marcel Proust – Du Côté de Guermantes [critique]

1/1/2020

Initialement divisé en deux volumes publiés en 1920 et 1921, Le Côté de Guermantes est, de nos jours, le troisième tome de À la recherche du temps perdu. Ce tome marque les débuts de la vie parisienne du narrateur qui sort de l'enfance pour entrer petit à petit dans sa vie d'adulte. Et si ce tome s'avère légèrement moins prenant que les deux premiers, il reste malgré tout d'une qualité exceptionnelle.


La santé de la grand-mère du narrateur s'étant altérée, les parents de ce dernier emménagent à Paris dans l'hôtel des Guermantes. Le narrateur profite de la vie parisienne pour continuer son introduction dans la société en fréquentant assidûment le salon de Mme de Villeparisis, salon où il fait la connaissance de la duchesse de Guermantes qui va avoir une grande influence sur le jeune homme.


LE CÔTÉ DES SENTIMENTS

Dans ce troisième tome, Marcel Proust continue son exploration des sentiments humains mais plus uniquement le sentiment amoureux, puisqu'il introduit la mort dans son récit. Et, tout comme ses réflexions autour du sentiment amoureux, les réflexions du narrateur autour de la mort sont pertinentes et édifiantes.

Le narrateur termine son adolescence et accède à l'âge adulte en fréquentant les salons parisiens et commence à forger son caractère en même temps qu'il se crée une identité mondaine et qu'il doit faire face à la désillusion face à la réalité qui ne supporte pas la comparaison avec ce qu'il s'imaginait du « monde ». D'ailleurs, la quasi-totalité de ce tome se déroule dans les différents salons que fréquente le narrateur, ce qui est fait un tome sinon indigeste, assez compliqué à lire.

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

Du Côté de Guermantes
Marcel Proust
Du Côté de Guermantes
1920/1921 - Gallimard
660 pages

À Propos de l'auteur

Marcel Proust, né à Paris le 10 juillet 1871 et mort à Paris le 18 novembre 1922, est un écrivain français, dont l'œuvre principale est une suite romanesque intitulée À la recherche du temps perdu, publiée de 1913 à 1927. À l'ombre des jeunes filles en fleurs, le second tome de cette suite romanesque, obtient le prix Goncourt en 1919.

Marcel Proust meurt épuisé, le 18 novembre 1922, d'une bronchite mal soignée : il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris, accompagné par une assistance nombreuse qui salue un écrivain d'importance que les générations suivantes placeront au plus haut en faisant de lui un véritable mythe littéraire.

Marcel Proust