Olivier Adam - Peine perdue [critique]

06/05/2021

Si mes deux premières incursions dans l'univers de Oliver Adam ont été plutôt plaisantes, les deux suivantes, en comparaison, se sont avérées décevantes. Si Peine perdue ne peut pas être qualifié de mauvais roman, il faudra malgré tout accrocher au style particulier de l'auteur parisien pour prendre du plaisir à lire ce livre, et ce ne fut malheureusement pas mon cas.


Les touristes ont déserté les lieux, la ville est calme, les plages à l’abandon. Pourtant, en quelques jours, deux événements vont secouer cette station balnéaire de la Côte d’Azur : la sauvage agression d’Antoine, jeune homme instable et gloire locale du football amateur, qu’on a laissé pour mort devant l’hôpital, et une tempête inattendue qui ravage le littoral, provoquant une étrange série de noyades et de disparitions. Familles des victimes, personnel hospitalier, retraités en villégiature, barmaids, saisonniers, petits mafieux, ils sont vingt-deux personnages à se succéder dans une ronde étourdissante. Vingt-deux hommes et femmes aux prises avec leur propre histoire, emportés par les drames qui agitent la côte – quatrième de couverture.


MA PEINE PERDUE

Si les thèmes abordés par Olivier Adam dans Peine perdue sont intéressants, le style de l'auteur, qui consiste à enchaîner les pensées en faisant une utilisation plus que parcimonieuse de la ponctuation, est plus déplaisant. J'avais pourtant un bon souvenir de Chanson de la ville silencieuse, mais là, je dois avouer que j'ai un peu tiqué.

Heureusement que le fond est bon – la structure narrative, notamment, est très réussie –, cela m'a permis de ne pas trop m'ennuyer malgré tout. La galerie de personnages au bord du précipice dressée par Olivier Adam est certes emprunte d'un pessimisme profond, mais ressemble au quotidien de certains d'entre nous, malheureusement. Et c'est bien quand la littérature se fait le miroir d'une société en crise qui se paupérise.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

a_labri_de_rien
cha
la_tete_sous_l_eau
peine_perdue
Olivier Adam
Peine perdue
20/8/2014 – Flammarion
416 pages

À Propos de l'auteur

Olivier Adam a grandi en banlieue parisienne et vit actuellement à Paris. Il est l'auteur de nombreux romans adaptés au cinéma, dont son premier roman, Je vais bien ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000) qui sera primé aux Césars en 2007. Scénariste, il a également participé à l'écriture du film Welcome. Il est par ailleurs auteur de romans pour la jeunesse, publiés à l'École des Loisirs et chez Actes Sud Junior.

olivier_adam