Tanguy Viel – La Fille qu'on appelle [critique]

09/09/2021

Tanguy Viel n’est pas de ces auteurs qui publient mécaniquement un roman tous les ans – il sait se faire désirer. Et c’est en effet le désir qui m’a habité durant les quelques semaines qui se sont écoulées entre le moment où j’ai eu connaissance de la publication imminente de La Fille qu’on appelle et le moment où j’ai commencé la lecture du roman. Et le plaisir prit fut à la hauteur du désir généré par l’attente.


Lorsque sa fille, du haut de ses vingt ans, décide revenir vivre avec lui, Max se dit que ce serait une bonne idée de demander au maire si ce dernier pouvait l’aider à trouver un logement. D’autant plus que Max étant son chauffeur, il ne pourra pas lui refuser cette petite faveur. Malheureusement, le maire va profiter de la situation et le sang de Max, également boxeur, ne va faire qu’un tour.


MILLION DOLLAR BABY

Fiction aux allures de polar sur fond de sexe et de pouvoir, La Fille qu’on appelle, le nouveau roman de Tanguy Viel, est l’un des gros tirages de cette rentrée littéraire 2021 (35 000 exemplaires). Il faut dire que l’auteur breton d’origine est habitué aux premières places du classement des ventes.

L’emprise, la prédation sexuelle, le pouvoir, la manipulation, sont les thèmes abordés dans La Fille qu’on appelle – des thèmes malheureusement trop actuels mais que Tanguy Viel intègre avec talent dans une intrigue plus complexe qu’il n’y parait, une intrigue où la violence est sournoise. Comme à son habitude, l’auteur nous offre un roman où la duperie et les inégalités de classe sont la base d’un récit prenant où des personnages ordinaires doivent faire face à des situations extraordinaires jusqu’au point de rupture où tout bascule.

La Fille qu’on appelle est dans la première sélection du prix Goncourt : rendez-vous en novembre ?


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

l_éternel_fiancé
premier_sang
quatre_heures
la_fille_qu_on_appelle
Tanguy Viel
La Fille qu'on appelle
02/09/2021 – Minuit
176 pages

À Propos de l'auteur

Tanguy Viel est né en 1973 à Brest. Il publie son premier roman Le Black Note en 1998 aux Editions de Minuit qui feront paraître Cinéma (1999), L'Absolu perfection du crime (2001), Insoupçonnable (2006), Paris-Brest (2009), La Disparition de Jim Sullivan (2013) et Article 353 du code pénal (2017), Grand prix RTL Lire.

tanguy_viel