The Eddy - minisérie [décryptage]

10/5/2020


Créée et écrite par Jack Thorne (Skins, Shameless) et produite, entre autres, par Damien Chazelle (qui a également réalisé les deux premiers épisodes) pour Netflix, The Eddy, minisérie en huit épisodes, est disponible sur la plateforme de streaming depuis le 8 mai. Drame musical se déroulant à Paris, cette minisérie, bien qu’inégale, se visionne malgré tout avec un plaisir certain. Pour les amateurs de musique et d’ambiance feutrée.

the_eddy_minisérie


DE QUOI ÇA PARLE ?

Ancien pianiste de jazz renommé et après avoir connu le succès à New York, Elliot Udo (André Holland) vit désormais à Paris où il gère une boite de jazz avec son ami Farid (Tahar Rahim). Il dirige dans ce club un jazz-band où officie en tant que chanteuse Maja (Joanna Kulig), sa petite amie occasionnelle. Un soir, Farid se fait assassiner devant le club. Elliot va alors se rendre compte que son ami et associé frayait avec des gens peu fréquentables ; aux prises avec de dangereux criminels, il va alors s’efforcer de protéger son affaire, son orchestre, et Julie (Amandla Stenberg), sa fille de seize ans.

the_eddy_minisérie


LA BOITE DE JAZZ

Tournée en France, The Eddy compte dans sa distribution plusieurs acteurs français, et non des moindres : Tahar Rahim, Benjamin Bioalay, Tchéky Karyo et Alexis Manenti, le récent récipiendaire du César du meilleur espoir masculin pour sa prestation bluffante dans Les Misérables. Et si ces derniers ont des rôles très secondaires, Leïla Bekthi, elle, peut se targuer d’avoir un temps de présence à l’écran plus notable.

Entre vie de bohème, solitude et esprit de groupe, The Eddy célèbre la musique avec une énergie communicative. Elle célèbre également une légère prise de risque de la part de Netflix qui propose à ses abonnés une œuvre moins formatée qu’à son habitude. Cosmopolite et polyglotte, la minisérie célèbre le jazz et les rapports humains.

the_eddy_minisérie


POUR LES AMOUREUX DE MUSIQUE

Tout en faisant avancer l’intrigue générale, chaque épisode se concentre sur l’histoire d’un personnage en particulier (le titre des épisodes est le nom du personnage en question), fouillant l’histoire personnelle et la psyché de ce dernier. Ce procédé apporte à la série un côté intimiste assez plaisant.

Et la plupart de ces personnages sont liés par une passion commune, la musique. Et cet amour de la musique transpire dans la réalisation : les scènes où le groupe interprète ses morceaux, que ce soit en live ou en répétition, sont orchestrées de main de maître. De plus, les acteurs étant également de vrais – et bons – musiciens, ces scènes (en partie improvisées) sont d’un réalisme particulièrement jouissif et les amoureux de musique, dont je fais partie, ne peuvent qu’apprécier la haute maîtrise technique.

the_eddy_minisérie

EN RÉSUMÉ

Si certains épisodes s’avèrent plus faibles que d’autres, The Eddy n’en reste pas moins une série de haute qualité comme Netflix a l’habitude d’en produire. Une minisérie qui ravira les amateurs de musique en général, et de jazz en particulier.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

hollywood_minisérie
after_life_saison_2
le_bureau_des_legendes_saison_5