Victor Hugo – Le Dernier jour d'un condamné [critique]

10/02/2021

Fervent opposant à la peine de mort, Victor Hugo, en 1829, écrivit Le Dernier jour d’un condamné, un livre qui expose son point de vue de façon romancée ; et si ce roman à thèse n’est pas le plus connu de l’auteur, il n’est pas le moins bon pour autant. Et bien qu’il ait fallu attendre 1981 pour que l’abominable et inique peine capitale soit abolie en France, gageons que ce Dernier jour d’un condamné a contribué à l’éveil des consciences.


Journal d'un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence, Le Dernier jour d’un condamné raconte ce que ce condamné à mort a vécu depuis le début de son procès jusqu'au moment de son exécution, soit environ six semaines de sa vie.


LA PENSÉE D’UN ÉCRIVAIN ET HOMME D'ÉTAT

En plus d’être écrivain, Victor Hugo fut également homme d’État. Pair de France pendant les dernières années de la Monarchie de Juillet, député de la Seine sous la Deuxième République puis sénateur de la Seine sous la Troisième, l’auteur des Misérables et de Notre-Dame de Paris a eu une vie politique riche. Cette vie politique l’amena fort logiquement à analyser les questions politiques et sociales de son époque et à développer son opinion sur ces questions.

Et certaines de ses opinions étaient tranchées, notamment celle sur la peine de mort qu’il expose dans Le Dernier jour d’un condamné. Militant pour l’abolition, le roman est un puissant plaidoyer politique contre cette pratique qu’il juge barbare, s’indignant que la société se permette de faire de sang-froid ce qu’elle reproche aux accusés. Difficile de lui donner tort.

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

la_métamorphose
le_tour_du_monde_en_80_jours
le_joueur_dechecs
le_dernier_jour_dun_condamné
Victor Hugo
Le Dernier jour d'un condamné
1829

À Propos de l'auteur

Né le 26 février 1802 à Besançon et mort à Paris le 22 mai 1885, Victor Hugo est considéré comme l'un des plus grands écrivains de langue française.

Il était également homme d'État et a occupé des fonctions politiques sous la Monarchie de Juillet, la Deuxième République et la Troisième République.

antoine_blondin