Bérangère Cournut - De pierre et d'os [critique]

10/9/2019


N'ayant jusqu'à présent lu que des romans de nature writing américains, j'ai été emballé, moi qui suis friand de ce genre littéraire, lorsque j'ai appris qu'un roman français se réclamant de ce style se cachait parmi les 524 romans de la rentrée littéraire. De pierre et d'os, c'est son titre, est le sixième roman de Bérangère Cournut et parait aux éditions Le Tripode. Malheureusement pour moi, mon enthousiasme aura été de courte durée, l'ennui m'ayant gagné dès les toutes premières pages de ce roman polaire.



Une nuit, la banquise se fracture et sépare une jeune femme de sa famille. Uqsuralik se retrouve livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Si elle veut survivre, elle doit avancer à la rencontre d'autres êtres vivants. Commence alors, dans des conditions extrêmes, une errance au sein de l'espace arctique, peuplé d'hommes, d'animaux et d'esprits.


PLONGÉE DANS LE FROID POLAIRE

Pour écrire son nouveau roman, Bérangère Cournut a bénéficié d'une résidence d'écriture de dix mois au sein des bibliothèques du Muséum national d'Histoire naturelle – autant dire que De pierre et d'os est un roman extrêmement documenté. Cependant, la documentation, si poussée soit-elle, ne garantie pas la qualité d'un roman et n'augure pas systématiquement d'un plaisir de lecture pour le lecteur. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire et je ne me suis à aucun moment pris de passion pour la vie austère et périlleuse des ces inuits livrés aux éléments délétères de cette partie reculée du globe.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

De pierre et d'os
Bérangère Cournut
De pierre et d'os
29/8/2019 - Le Tripode
219 pages

À Propos de l'auteur

Bérengère Cournut est née en 1979. Ses premiers livres exploraient essentiellement des territoires oniriques, où l'eau se mêle à la terre (L'Écorcobaliseur, Attila, 2008), où la plaine fabrique des otaries et des renards (Nanoushkaïa, L'Oie de Cravan, 2009), où la glace se pique à la chaleur du désert (Wendy Ratherfight, L'Oie de Cravan, 2013). 

Tommy Orange