Emma Becker - La Maison [critique]

6/10/2019


 « L'expérience était en soi pour moi un objet littéraire. » Ainsi parle Emma Becker de La Maison, son nouveau roman, pour lequel elle a décidé de se prostituer dans une maison close allemande pendant deux ans et demi. Le résultat est un livre qui parle du plus vieux métier du monde de manière decompléxée et, surtout, sans aucun préjugé sordide.




Après avoir travaillé deux ans et demi dans une maison close berlinoise, Emma Becker nous livre un témoignage sans fard – La Maison est le résultat de cette expérience peu commune.


PIPE SANS CAPOTE CONTRE EXTRA

Ex-étudiante en lettres à la Sorbonne, Emma Becker, jolie trentenaire franco-allemande adepte du journalisme gonzo a passé deux ans et demi dans un bordel berlinois afin de raconter de l'intérieur la vie quotidienne des prostituées. Sous le pseudonyme de Justine, celle qui est née dans une prison s'en enfermé dans une maison close pour nourrir son roman (et pour, au passage, un salaire mensuel de 5 000 €).

Sans jamais versé dans le sensationnel ou dans le graveleux, Emma Becker fait tomber un à un tous les tabous inhérents au métier de prostituée en même temps que les préjugés pernicieux et les médisances. Avec une intelligence subtile, elle décrit ce qu'elle a vécu d'une plume pétrie de grâce.

La Maison est un roman majeur de cette rentrée littéraire 2019.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

La Maison
Emma Becker
De pierre et d'os
21/8/2019 - Flammarion
384 pages

À Propos de l'auteur

Emma Becker est née en 1988 dans les Hauts-de-Seine. Elle est écrivain. Elle vit à Berlin, où, durant deux ans, elle a travaillé dans une maison close. La Maison, son troisième roman, est tiré de cette expérience.

Avant cela, elle a publié deux romans, Mr. (2011), traduit dans quatorze pays, et Alice (2015).

Emma Becker