Le Bureau des légendes - saison 5 [décryptage]

5/5/2020


Série encensée par la presse du monde entier – fin 2019, le New York Times l'a notamment classée troisième meilleur série internationale de la décennie, juste derrière Prisoners of war (Israël) et Sherlock (Grande-Bretagne) –, Le Bureau des légendes dévoile sa cinquième saison depuis le 6 avril. Celle-ci marque la fin d'un cycle puisque Éric Rochant, son créateur et showrunner depuis les débuts, a annoncé qu'il passerait le flambeau après ces dix nouveaux épisodes. La série continuera t-elle sous la même dénomination et avec les mêmes acteurs ? Sera t-elle rebootée avec de nouveaux personnages ? Canal+ n'a pour le moment pas communiqué sur le sujet et les scénaristes ont intelligemment laissé la porte ouvertes aux deux possibilités. En attendant d'être fixés, jetez-vous sur cette cinquième saison prodigieusement fabuleuse.

le_bureau_des_légendes_saison_5


DE QUOI ÇA PARLE ?

Huit mois après les événements ayant clôturé la quatrième saison, Le Figaro publie un article selon lequel la CIA aurait assassiné un agent français avec l'assentiment de la DGSE. JJA, devenu le nouveau directeur du bureau après avoir poussé Marie-Jeanne à accepter un autre poste (celle-ci officie sous légende comme responsable de la sécurité d'un grand hôtel du Caire), va devoir géré la situation et les questions qu'elle engendre chez les clandés en poste aux quatre coins du monde.

le_bureau_des_légendes_saison_5


DES ADIEUX EN BEAUTÉ

Une des raisons du succès du Bureau des légendes est le réalisme dont la série fait preuve selon les experts. Le téléspectateur est immergé dans le quotidien des agents français travaillant sous couverture à l'étranger et absorbe toute l'angoisse et le stress des situations vécues par les personnages – ceci est toujours de mise dans cette cinquième saison. Avec en plus pour cette cuvée 2020 un soupçon de paranoïa induit par les révélations publiées dans la presse qui ajoute encore un cran à l'oppression ressenti par le téléspectateur devant son écran de télé.

Éric Rochant réussit ses adieux et livre une saison tendue comme un string.

le_bureau_des_légendes_saison_5


UN FINAL CLIVANT

Si clore une série n'est jamais chose aisée, le choix de Éric Rochant de confier la réalisation et l'écriture des deux derniers épisodes de cette cinquième saison à Jacques Audiard interroge, au vu du résultat. Si le talent du cinéaste n'est plus à démontrer et que ce dernier donne vie à des scènes léchées et jouissives – notamment celle du banquet fantasmagorique où Malotru retrouve tout ceux dont il a causé la perte –, on a malgré tout l'impression quelque peu désagréable que la saison se termine avec l'épisode 8, la plupart des intrigues secondaires étant mises au placard lors des deux derniers épisodes qui se concentrent pratiquement uniquement sur le personnage campé par Mathieu Kassovitz. Ces deux derniers épisodes changent complètement de ton, s'apparentant plus à un film d'auteur qu'à une série d'espionnage et cela s'avère un brin déroutant, il faut bien l'avouer.

le_bureau_des_légendes_saison_5

EN RÉSUMÉ

Malgré deux derniers épisodes qui semblent un peu hors-sujet, cette cinquième saison du Bureau des légendes confirme que cette série est l'une des toutes meilleures séries française jamais produites, si ce n'est la meilleure.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

homeland_saison_8
hollywood_minisérie
servant_saison_1