Lea Carpenter - Rouge Blanc Bleu [critique]

11/3/2020

Spécialisées dans la littérature américaine, les éditions Gallmeister se sont fait une réputation de maison d'édition de qualité à la force du poignet, en partant de rien en 2005. Elle est notamment quasiment la seule maison d'édition française à publier des romans affiliés au nature writing. Mais elle publie également des romans « noirs » et Rouge Blanc Bleu fait partie de cette catégorie. Rarement déçu par les romans estampillés Gallmeister que j'ai lus jusqu'ici, je dis avouer que, pour une fois, je trouve que cette nouvelle publication n'est pas au niveau du reste du catalogue de la maison d'édition.


Anna adore son père, le charismatique Noel, banquier new-yorkais dont elle est la fille unique. Mais Noel meurt dans une avalanche en Suisse la veille du mariage d’Anna, laissant derrière lui bien des zones d’ombres. Quelques mois plus tard, alors qu’elle est en lune de miel dans le sud de la France, Anna fait une rencontre troublante. Un ancien collègue de Noel lui promet des révélations sur le passé de son père. Et de retour à New York, la jeune femme reçoit une clé USB. Sur celle-ci, des vidéos de Noel au centre d’un interrogatoire impitoyable. Tout ce qu’Anna croyait savoir sur la vie de son père – et sur son décès – vole alors en éclats. (Quatrième de couverture.)

MI-FIGUE, MI-RAISIN

Si vous voulez acheter Rouge Blanc Bleu, il faudra vous rendre dans le rayon « Policier » de votre librairie ; plusieurs jours après avoir terminé de le lire, je me demande encore pourquoi. Certes, l'histoire raconte la surprise d'une fille qui apprend, après le décès de son père, que ce dernier était agent secret, mais il n'y a aucune intrigue policière ou même psychologique. Le roman dépeint juste les sentiments d'une personne qui apprend que la vie de son père a été un mensonge du début à la fin car, sous couverture d'une vie respectable, ce dernier parcourait en fait le monde au service de son pays. Soit. Mais cela ne fait pas d'un récit un récit policier pour autant. Ni un thriller, d'ailleurs, les deux genres étant très souvent – à tort – rapprochés.

Un récit, de plus, qui, s'en être mauvais, n'est pas passionnant. Rouge Blanc Bleu fait partie des romans qui se lisent sans déplaisir mais dont on ne retient rien et qu'on oublie immédiatement une fois refermé.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

rouge_blanc_bleu
Lea Carpenter
Rouge Blanc Bleu
6/2/2020 - Gallmeister
336 pages

À Propos de l'auteur

Lea Carpenter est née en 1972 dans le Delaware. Diplômée de Princeton et de Harvard, elle a été éditrice du magazine de Francis Ford Coppola, Zoetrope. Elle partage son temps d’écriture entre scénarios et œuvre romanesque. Onze jours est son premier roman, qu’elle a commencé à écrire après la mort de son père, espion dans l’Army Intelligence en Chine et en Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale. Lea Carpenter vit à New-York.

lea_carpenter