Lionel Shriver – Quatre heures... [critique]

20/08/2021

Autrice inconnue pour moi jusqu’il y a encore quelques jours, je me suis intéressé au nouveau roman de Lionel Shriver, Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes, uniquement car ce dernier parle de sport, et notamment de la découverte du sport par un sexagénaire qui jusque là avait une activité physique relativement faible. Sans être exceptionnel, ce roman s’avère malgré tout assez plaisant, grâce notamment au sens de l’humour aigu qui le traverse.


Un beau matin, au petit-déjeuner, Remington fait une annonce tonitruante à son épouse Renata : cette année, il courra un marathon. Tiens donc ? Ce sexagénaire certes encore fringant mais pour qui l’exercice s’est longtemps résumé à faire les quelques pas qui le séparaient de sa voiture mettrait à profit sa retraite anticipée pour se mettre enfin au sport ? Belle ambition ! D’autant plus ironique que dans le couple, le plus sportif des deux a toujours été Renata jusqu’à ce que des problèmes de genoux ne l’obligent à la sédentarité – quatrième de couverture.


IRON MAN

Ayant moi-même frôlé la bigorexie à une époque pas si lointaine (juste avant que notre cher ami COVID s’invite aux tables de nos vies et fasse voler en éclat tous mes efforts en même temps qu’il annihilait ma motivation – corollaire aux nécessaires restrictions décidées par nos politiques), j’ai été immédiatement conquis par le postulat de Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes : un sexagénaire se met au sport et devient accro à l’effort. J’étais impatient de voir comment Lionel Shriver a traité ce sujet.

Le résultat est donc assez plaisant et j’ai lu ce roman avec un plaisir certain. L’humour, omniprésent, fait mouche à chaque fois, tandis que les personnages croqués par Lionel Shriver, cocasses, donnent du rythme et de l’intérêt au récit. Et malgré l’humour, les réflexions de fond ne sont pas absentes, l’autrice amenant régulièrement son lecteur à se questionner sur divers sujets, ce qui est à mettre au crédit du roman.

Mais Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes ne possède cependant pas ce petit truc en plus qui fait qu’un roman reste en mémoire ; il se contente donc d’être un livre qui se lit avec plaisir, ce qui est déjà honorable.

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

les_chats_éraflés
la_possibilité_d_une_ile
le_roman_de_jim
quatre_heures
Lionel Shriver
Quatre heures...
19/08/2021 – Belfond
384 pages

À Propos de l'auteur

Née en 1957 en Caroline du Nord, Lionel Shriver a fait ses études à New York. Diplômée de Columbia, elle a été professeur avant de partir parcourir le monde.

Lionel Shriver vit entre Londres et New York avec son mari, jazzman renommé.

lionel_shriver