Michel Houellebecq – anéantir [critique]

12/01/2022

La publication d’un nouveau roman de Michel Houellebecq est un événement qui fait toujours couler beaucoup d’encre. Tous les médias parlent du livre, qui pour se désoler que l’on puisse accorder autant de crédit à un auteur peu talentueux et dont les romans transpirent la misogynie, qui pour porter aux nues cet écrivain qui n’en fini plus de pondre des romans exceptionnels – Michel Houellebecq est autant admiré que détesté. Personnellement, je fais partie de ceux qui estiment que Michel Houellebecq est l’un des meilleurs auteurs français contemporains et qu’il aura toute sa place dans la bibliothèque de la Pléiade lorsqu’il passera de vie à trépas. Et, malgré son ton moins cynique, ce n’est pas anéantir qui va me faire changer d’avis.


Paul Raison est le conseiller de Bruno Juge, ministre de l’économie qui prépare la présidentielle de 2027 qui aura lieu dans six mois. Mais cela ne va pas fort pour Paul. Son couple est à la dérive et son père vient de faire un AVC. Il va donc lui falloir mener de front une vie personnelle compliquée et une activité professionnelle prenante.


L’AMOUR SAUVE

Un contenu gardé secret jusqu’au dernier moment, une quasi-absence d’interviews, un premier tirage à 300 000 exemplaires, un splendide format (épaisse couverture cartonnée, grammage de qualité, ruban marque-page) voulu par l’auteur lui-même, Flammarion et Michel Houellebecq ont tout fait pour que la publication de anéantir soit une événement. Et s’en est un. Mais événement ou pas, cela n’influera en rien sur la qualité ou, au contraire, sur la médiocrité du contenu. Alors, qu’en est- il à ce niveau ?

Et bien, si dans anéantir Michel Houellebecq a mis de côté son légendaire cynisme et que le ton de l’ouvrage est étonnamment exempt de désabusement, le résultat n’en reste pas moins exceptionnel. L’auteur, qui s’est clairement positionné contre l’euthanasie dans des interviews, offre à ses lecteur une ode à l’amour et à la fin de vie. Et si les intrigues secondaires (la campagne présidentielle et les attentats) sont traitées comme telles, c’est-à-dire sans grands égards, elles ne sont jamais ennuyantes et ne nuisent pas à l’intérêt général du roman qui ne tombe jamais des mains.

En somme, c’est encore un coup de maître pour Michel Houellebecq.

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

la_possibilité_d_une_île
celui_qui_veille
la_carte_et_le_territoire
anéantir
Michel Houellebecq
anéantir
07/02/2022 – Flammarion
736 pages

À Propos de l'auteur

Michel Houellebecq est l'auteur de romans, de recueils de poèmes et d'essais publiés dans le monde entier.

michel_houellebecq