Olivier Adam - À l'abri de rien [critique]

29/10/2020

Après avoir découvert – et aimé – Olivier Adam par hasard pendant le premier confinement au détour d’une promotion sur la boutique de livres numériques d’Apple et après avoir conforté cette bonne première impression avec un second ouvrage, c’est avec les traditionnelles offres estivale « deux poches achetés, un offert » mises en place par la plupart des éditeurs à cette période de l’année que j’ai acheté mon troisième roman de l’auteur parisien – le premier en format papier. Et si mes deux premières lectures (Chanson de la ville silencieuse et La Tête sous l’eau) m’avaient conquis, j’ai été fortement déçu par À l’abri de rien, pourtant récipiendaire de trois prix. Comme quoi, les récompenses...


Mal dans sa peau, Marie se sent perdue. Sa famille est le dernier fil qui la retient à la vie. Ce fragile équilibre est mis à mal le jour où sa route croise celle de réfugiés dont personne ne se soucie et qui errent dans la ville, abandonnés. Marie décide alors de leur porter secours au détriment de sa famille. Jusqu’à ce que son engagement aille trop loin.


À L’ABRI DE RIEN ET SURTOUT PAS D’UNE DÉCEPTION

J’ai eu beaucoup de mal à retrouver dans À l’abri de rien le style particulier qui m’avait tant charmé dans Chanson de la ville silencieuse et La Tête sous l’eau. Est-ce parce que ces deux ouvrages sont récents alors que À l’abri de rien a été publié en 2007 ? Difficile à dire n’ayant pas lu d’autre « vieux » romans de Olivier Adam. Le postulat social était pourtant prometteur et le thème abordé intéressant car peu évoqué dans la littérature. Malheureusement, le cinquième roman de l’auteur parisien s’avère être poussif et emprunté, et finalement assez déplaisant.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

cha
les_emotions
la_tete_sous_l_eau
a_l_abri_de_rien
Olivier Adam
À l'abri de rien
3/8/2007 – L'Olivier
218 pages

À Propos de l'auteur

Olivier Adam a grandi en banlieue parisienne et vit actuellement à Paris. Il est l'auteur de nombreux romans adaptés au cinéma, dont son premier roman, Je vais bien ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000) qui sera primé aux Césars en 2007. Scénariste, il a également participé à l'écriture du film Welcome. Il est par ailleurs auteur de romans pour la jeunesse, publiés à l'École des Loisirs et chez Actes Sud Junior.

olivier_adam